interview avec le poète AKLI BOUTICHE

Tout ce qui concerne les arts et la culture
ahcenemariche
Newbie
Messages : 3
Inscription : mer. mai 07, 2008 1:36 pm

interview avec le poète AKLI BOUTICHE

Message par ahcenemariche » dim. déc. 14, 2008 2:10 pm

interview avec le poète AKLI BOUTICHE

Ahcène Mariche : Présentez vous aux internautes
Akli Boutiche : Je m’appelle AKLI BOUTICHE, un jeune de25 ans natif de Tala Toulmouts commune de Tizi Rached wilaya de Tizi Ouzou. Je suis fraîchement licencié en philosophie de l’université d’Alger et poète de passion. Epris de ma langue maternelle et de l’art en général, j’aime manier le verbe.
Ahcène Mariche : A quand remontent vos débuts dans la poésie et quel y était l’élément déclencheur ?
Akli Boutiche : Mes débuts dans l’écriture remontent à mon enfance quand j’étais à l’école primaire les années 95/96. L’élément déclencheur c est bien les festivités culturelles organisées au sein de notre école qui m’ont inspirées surtout en participant dans une pièce de théâtre, la chorale et la danse folklorique.
Ahcène Mariche : Quels sont les thèmes que vous avez abordés dans votre poésie ?
Akli Boutiche : J’ai touché un peu à tout, mais la part du lion reste l’amour, la société, l’école, la misère, la déception.
Ahcène Mariche : Vos études en philosophie vous ont-elles apporté un plus dans vos écrits d’aujourd’hui ?
Akli Boutiche : Commençant par ce mot PHILOSOPHIE composé de philo et sophie qui veulent dire chez les grecques l’amour de la sagesse et chez les modernistes c’est l’étude de la sagesse.
La chance aidant, après ma réussite au bac, mon orientation en philosophie m’a ouvert les yeux sur de nouvelles conceptions des choses et a développé le sens critique et l’analyse dans mes approches et visions. C’est un grand atout pour moi.
Ahcène Mariche : La poésie de nos jours a connu un vrai saut qualitatif vu l’apport de ses jeunes poètes d’un très bon niveau d’instruction. Pouvez-vous nous confirmer ça ?
Akli Boutiche : Sans doute les poètes de nos jours ont apporté un vrai plus a la poésie berbère actuelle car chacun de son côté a ajouté un certain détail vu la formation et la spécialité de tout un chacun qui leur a permis d’acquérir une touche spécifique dans l’art, l’apport des scientifiques et techniciens est considérable.
Ahcène Mariche : Quels sont le philosophes qui vous ont inspiré le mieux ?
Akli Boutiche : C’est tout un monde et dans presque chaque courant philosophique, un philosophe m’a inspiré : je citerai René Descartes dans le réalisme, Karl Marx dans le matérialisme puis Saint Augustin dans la spiritualité et August Comte dans le conventionnalisme.
Ahcène Mariche : Etes vous prolifique ou votre source d’inspiration peine à étancher votre soif ?
Jusqu'à ce jour, je compte plus de 90 poèmes et le flux de mon inspiration est variable selon les choses de la vie et l’état de mon âme. Malgré tout ce que j’ai écrit, je suis toujours sur ma soif et je le demeurerai.
Ahcène Mariche : Quels sont vos thèmes de prédilection dans votre écriture ?
Akli Boutiche : Mes thèmes de prédilection sont : le mal et le bien, le bonheur et le malheur, la vie et la mort, le Créateur et la créature les origines des choses. Mon objectif favori c’est bien la critique littéraire.
Ahcène Mariche : En plus de la poésie, pêchez-vous en d’autres ports de l’océan de l ‘art ?
A.B : La poésie étant mon bateau, elle m’a transporté vers plein de ports où j’ai pu m’inspirer et laisser mon empreinte. Commençant par le théâtre : j’ai à mon actif une pièce théâtrale en kabyle, j’ai signé trois scénarios pour films (longs métrages) comme je suis aussi animateur de soirées et galas.
Ahcène Mariche : Vous êtes aussi parolier ?
Akli Boutiche : Je suis aussi parolier et je viens d’écrire quelques chansons à des jeunes chanteurs kabyles :
J’ai écris :- 07 chansons au chanteur SOFIANE BOUZEGUENE qui éditera son CD l’été prochain chez les éditions JDA d’Azazga.
-02 chansons à HAMID SAIDI qui est actuellement en France
- 05 chansons à MOURAD ABAS.
Ahcène Mariche : En plus de l’écriture en kabyle (tamazight), écrivez-vous en d’autres langues ?
Akli Boutiche : En plus du kabyle, j’écris en langue française et en langue arabe aussi, mais la part du lion revient à ma langue maternelle : le kabyle.
Ahcène Mariche : Avez-vous essayé de donner des ailes à vos écris ?
Akli Boutiche : J’ai pu donner de vraies petites ailes à ma poésie en les déclamant à mes amis ou en animant des soirées et à travers les ondes de radios : j’ai été invité à la radio chaîne 2 à plusieurs reprises dans l’émission « Aawaz d umedyaz » animée par Kamel si Mohamed et invité aussi à la radio Soummam dans l’émission « AWAL S USEFRU » animée par CELINA.
Ahcène Mariche : Après tant d’années d’écriture, depuis quand avez-vous pris la ferme décision d’en accoucher de quelque chose ?
Akli Boutiche : Chaque chose en son temps, dit-on. J’ai laissé mûrir mes idées et suite à mes contacts avec des auteurs que je connais, ils m’ont forcé à éditer. J’ai cédé et je me suis mis à dépoussiérer mes archives et choisis les poèmes avec lesquels j’ai confectionné mon recueil que j ai intitulé TIRGET ID YEDHWAN que j’aimerais éditer d’ici peu s’il y a concours d’un éditeur intéressant et intéressé.
Ahcène Mariche : La majorité des poètes éditent à compte d’auteur ses derniers temps vu le désintéressement des éditeurs. Qu’en pensez-vous de ça ?
Akli Boutiche : Le désintéressement des éditeurs de la poésie est dû au manque de professionnalisme chez ces derniers et la méconnaissance du terrain, car moi-même je connais des poètes qui vendent facilement leurs recueils de poésie et se sont fait une place dans le monde de la littérature vu la qualité de leur travail et leur abnégation au point même d’éditer plusieurs recueils à la fois. Heureusement que l’édition à compte d’auteur existe, sinon on aurait perdu ces talentueux poètes et écrivains au moment ou notre culture a besoin de tous ces talents. La décantation aura lieu un jour et ces dinosaures disparaîtront et laisseront place à des hommes sensés qui donneront au livre sa vraie valeur et à l’écrivain sa vraie place.
Ahcène Mariche : Quel est votre dernier mot aux lecteurs ?
Akli Boutiche : Je vous remercie infiniment de m’avoir permis de m’exprimer sur vos colonnes et un grand merci aux lecteurs.
Poétiquement AKLI BOUTICHE.

Interview réalisée par/ AHCENE MARICHE

Ici joint un poème de Akli Boutiche

D-ACUK?

iniyi-d ttxilek d-acuk
negh anwa ik ixelqen?
d-gek achal incuk
s-ttaxmam d-isteqsiyen
ahewes waraad ifuk
ur yelli idi-banen
negguni d-gek nettraju-k
anwa abrid ak-ideyef-ken

ma naratt tura gher ddin
d-rebbi ig-xelqen kulci
d-idunit dwayen is d izzi-n
akken yebghu yak yili
ula d-kec arnan-k gher din
muhal ameyez adyili
si-mbaaid ik-id-ttwalin
dnub akken ur tettawi-n

ma n-qqim deg webrida
ihi s-ghur rebbi id-tekkidh!
lamaana ttun-t isfa
di-ciaa-s attettawi-dh
ar-ghars-en kulci yefra
mazal deg-sen attaic-edh
aalqen-tt muqel anda
anda kken ur s-tettawdh-edh

ma narra-tt gher unadi
awal yak ttusna
anesau tayedh net-mughli
akken anzer amek akka
yakhledh ig ilhan,ayen n-diri
mi taxlaq dunit-a
d lxir yides i-d tebbi
wahdes kan i-da-gella

ankemel iwakken anzer
anda naaya an hbes
seg-wanida id-yekka ccar
wur nefhim as-d-nales
negh yebgha ar-d-adyahdhar
zzarb iwallagh atyekkes
eyya-w awal as-nekkar
wur nessin ad-issemhes

lukan ccar d-imetti
s-lfarh ar d-at-nenfu
limer ahat ttijjahli
tella ttrebga astewau
ma d zzenzla d cctawi
attenqabel s-wesnulfu
tamsalt taadda ayagi
ankemmel anzar d-acu


amezruy d-acu idyeqqar
ma nughal gher Arik d-Aruman
ger-asen asmi i-tekkar
ig-aghlin d-aruman
arik asmi isen tekkar
ttfen di-ddin umnen
arnan di-rebbi d-ssbar

ma nughal gher wuwdayen
nan-d d-ihbiben gher rebbi
lalman asmi iten-sarghen
ma yeqbel deg-sen akka-gi
anecta yak d-ikiddiben
d lmuhal iqebbel tigi
d-ciaa kan iyman-nsen
tta3daw-it n-zikenni


imi nenna ddunit tesfa
s-lxir itebna lqaaa-s
labud yella was
anda bezzaf tegguma
taghli-d s-lqima-s
ccar id-as nsemma
imi tesaa laxsas

lamaana iban ur yeffir
ghef ccar anda i-yella
bnadem yughal d-aqwir
tt-ijedjigin ig izza
ur n-ttettu yak d-ufir
ig-jmaa daxel yarka
ig illan ar d ad-yifrir
at-id issali u-ghendja

mi d nlul ur tid nebbi
m-id nlul nekni nesfa
nufat-id gher lghaci
yusa-ya-gh-d si ttrebga
ur n-nekker anecta-agi
wig meyyzen adyaf akka
yugi atyar gher rebbi
gher u musnaw n Saint Augustin.



AKLI.BOUTICHE



LE CIEL MELANCOLIQUE:

Le ciel a pleuré
De ce qui s’est passé
A donné une grêle gelée
Pour les graines que t'as semé
Vas y les récolter
Rien, pourquoi t'inquiéter ?
C'est ta terre qui est stérilisée.
Pourquoi m'as-tu quitté
Aux corbeaux octroyé
Comme fumier rejeté
De moi es-tu dégoûtée?
Je sais que tu m'as oublié
De tout ce que tu m'as récité
Le mensonge y est enraciné
Pour casser ma dignité.
C’est de Satan que t'as hérité
Eh bien, t’as trop raté
Puisque tu m'as évité.

T'es la fille du roi
T'as besoin de moi?!
Je suis prés de toi
Plutôt, je suis à toi
Fais de moi ce que tu vois
Je deviens aiguille entre tes doigts
Je me transforme en toit
Pour te protéger du froid
C'est une folie, je crois
Tout est fait pour rien
Un jour te dira a dieu la soie
Et tu goûteras au désarroi.

T'es un bon trappeur
Qui n’a jamais connu la peur
Et pique toujours le cœur
Pour ne plus connaître le bonheur.
C'est comme un lion
A la vieillesse survient la pudeur
A la peine dit bonjour
Sa vie deviendra dure
Sur ses yeux tombe la lueur
Perd sa place d’exploiteur
Et devient versificateur.
Il se trouve amateur
Ou peut être un grand narrateur
Qui ne rencontrera jamais la douceur.

Si je suis en exil
Parce que je suis fragile
Mes pertes telle une chère huile
Sa source un olivier fertile
Qui guérit les maux difficiles
Mon sort troublé en avril
C'est comme le fleuve du Nil
Qui a déjà façonné plusieurs îles
Et toi, même si t'es un reptile
Ton âme se coupera comme un fil.

AKLI BOUTICHE



Répondre